Journal des Futurs #76 – Journée de l’Europe : la guerre en Ukraine ou la fin de « l’angélisme européen »

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Cette année, la Journée de l’Europe est entachée par un conflit que nous n’aurions jamais cru connaître, une guerre qui ressemble étrangement à celles qui ont jalonné le siècle dernier : une guerre territoriale. La situation en Ukraine appelle à une prise de conscience urgente : l’Europe doit sortir de la naïveté et de l’angélisme qui la caractérise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Cette attitude l’a conduite à de nombreuses erreurs dont elle paye aujourd’hui le prix : une trop grande dépendance en matière énergétique, de sécurité, de défense et d’industrie (que la crise Covid avait déjà commencé à révéler) ; un rôle de « zone tampon » entre deux blocs qui, même après la Guerre froide, n’ont cessé de s’opposer, les États-Unis et la Russie, et qui ne se préoccupent pas des intérêts européens ; un déni de la montée de la conflictualité dans le monde, mais aussi dans son voisinage proche (Balkans occidentaux, Biélorussie, Ukraine, Moldavie, ainsi qu’en Méditerranée, Maroc, Algérie, Turquie, etc.). 

  1. Déni d’autonomie stratégique

La crise sanitaire puis la guerre en Ukraine ont révélé de manière brutale à quel point les Européens étaient dépendants des industries étrangères, et ce, dans presque tous les domaines et secteurs. C’est le secteur de l’énergie qui a le plus fait parler de lui ces derniers temps : la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie contraint les Européens à une plus grande prudence et progressivité dans les sanctions économiques imposées au Kremlin, contrairement aux Américains et aux Britanniques qui, forts de leur autonomie énergétique, ne payent que très peu les conséquences de ces sanctions. Les Européens, en revanche, en essayant de couper brusquement les liens économiques qui les lient à la Russie, n’y échappent pas : le coût de la vie augmentent partout en Europe. La question qui est aujourd’hui sur toutes les lèvres, est de savoir combien de temps les Européens accepteront-ils de payer le prix de la solidarité envers l’Ukraine. 

D’autant que ce prix aurait été bien moindre si l’Europe avait un tant soit peu anticipée cette situation et accélérer, bien plus tôt, la diversification de ses approvisionnements énergétiques. Si les Hongrois, mais aussi les Slovaques, s’inquiètent du dernier train de sanctions de l’Union européenne qui vise à imposer un embargo sous six mois du pétrole russe, et s’ils mettent à mal la solidarité intra-européenne en demandant d’être exemptés de ces sanctions, c’est justement parce que leur degré de dépendance aux hydrocarbures russes est très fort et qu’ils doutent des capacités de l’UE à pallier les conséquences d’un embargo généralisé. 

2. Déni de puissance

Autre leçon de la guerre en Ukraine, les Européens réalisent que leur place dans le monde, malgré leur poids monétaire, économique et commercial incontestable, n’a que très peu évoluée depuis un demi-siècle : ils sont toujours pris en étau et instrumentalisés dans le cadre de la guerre économique qui oppose d’un côté les États-Unis et la Russie, et de l’autre les États-Unis et la Chine. Si le Président Français Emmanuel Macron conserve un statut de médiateur dans cette crise en gardant ouvert le dialogue avec Vladimir Poutine, la voix de l’Occident est portée par les Américains qui, à travers ce conflit, réinvestissent le champs politique européen qu’ils souhaitaient pourtant progressivement délaisser, afin de se consacrer à une autre zone géographique : l’Indopacifique, en particulier la Chine. 

Mais comment pourrait-il en être autrement étant donné le peu de volonté politique des dirigeants européens, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, de voir et de penser l’Europe comme une Puissance ? Ce terme de puissance, pour beaucoup, est associé à une histoire douloureuse, honteuse, du continent et renvoie aux volontés hégémoniques qui, par le passé, ont provoqué les guerres les plus meurtrières. Le traumatisme du 20ème siècle est toujours présent dans les esprits et empêche les Européens de s’approprier une autre vision de la puissance, non pas tournée vers la guerre ou les nationalismes, mais au contraire tournée vers un projet de paix, de prospérité et de liberté. 

N’était-ce pourtant pas là l’objectif premier de la construction européenne, l’ambition de départ de ses Pères fondateurs ? Mais la paix, la prospérité et la liberté ne s’obtiennent pas, et a fortiori ne se conservent pas, sans une Puissance capable de les défendre face aux évolutions du monde, face à des États qui ne respectent plus les règles du multilatéralisme, face encore à un ordre international de plus en plus conflictuel et concurrentiel.  

3. Déni de la conflictualité de son voisinage 

Cette conflictualisation du monde, les Européens ont tendance, si ce n’est à l’ignorer, du moins à ne pas la regarder de trop près. L’un des angles morts les plus importants de l’Union européenne est celui des frontières. Car l’UE s’est construite sur une idée ou plutôt une vision : celle que les frontières appartenaient au passé, un passé troublé par les guerres et les dissensions, et qu’en supprimant les frontières, toute possibilité de conflit serait supprimée par la même occasion. Et, s’il y avait des raisons de croire à cette vision, malheureusement, aujourd’hui, force est de constater qu’elle était erronée, du moins en partie. Et cette négation de l’importance des frontières a conduit les Européens à négliger la plupart des tensions territoriales dans son voisinage, à commencer par l’Ukraine qui, dès 2014, se voit attaquée par la Russie dans une indifférence généralisée qui permet au Kremlin de revendiquer l’annexion de la Crimée. 

Mais en 2022, lorsque la Russie déclenche son « opération militaire spéciale » pour « dénazifier » l’Ukraine, les Européens entrent dans une forme de sidération collective. Une guerre aux portes de l’Europe, c’est quelque chose qui nous paraissait appartenir au passé, comme si la paix devait être la conséquence logique du Progrès, de l’internationalisation des échanges et de l’interdépendance croissante entre les États. 

Avec l’Ukraine, nous redécouvrons que la guerre n’est jamais très loin, que c’est une possibilité et qu’il faut s’y préparer. Mais le conflit qui se joue actuellement à l’Est doit aussi nous permettre de tourner notre regard vers d’autres régions, plus ou moins proches de nous, et de prendre conscience qu’il existe de nombreuses zones de tensions. Récemment, un coup de projecteur a été lancé sur la Moldavie et le conflit territorial et politique qui l’oppose à la Transnistrie, région frontalière de l’Ukraine. La guerre en Ukraine a ravivé les volontés sécessionnistes de cette région russophone et russophile. Mais les idées indépendantistes ne s’arrêtent pas à la Moldavie. La situation dans les Balkans occidentaux est aussi très préoccupante : les tensions communautaires et territoriales s’intensifient, les nationalismes redoublent de puissance et une course au réarmement est lancée. 

En cette Journée de l’Europe, nous devons avoir conscience que nous sommes en train de vivre un tournant avec, notamment, une réorganisation de l’ordre international et des rapports de puissance. La question qu’il faut désormais nous poser, c’est celle de la place que nous voulons avoir et du rôle que nous pouvons jouer dans cette nouvelle organisation. Selon moi, c’est le chemin de la puissance et de la souveraineté européenne qu’il faut poursuivre car c’est le seul moyen pour l’UE de remplir son rôle ô combien essentiel et historique : protéger les Européens, garantir la paix, accroitre la prospérité économique et renforcer les libertés individuelles. Seuls, nous n’y parviendrons pas. Ensemble, nous avons une chance. Alors saisissons-la, il est encore temps. 

Joséphine Staron 
Directrice des études et des relations internationales chez Synopia

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Sur Twitter

SynopiaFr @SynopiaFr
RT @euradio_fr:💬​ "En rejoignant la zone #euro en janvier 2023, la #Croatie deviendra le 20e pays membre et intégrera une gouverna… https://t.co/CPpTN1De5L
Retrouvez l'interview de @josephinestaron pour @LEXPRESS sur les conséquences de la guerre en #ukraine pour la soli… https://t.co/ko1t1c8xup
📝RENCONTRE & SIGNATURE ! 🗓Jeudi 23 juin 2022 à 18h30 à LA BALUSTRADE LIBRAIRIE, 25 rue d’Alsace, 75010 Paris,… https://t.co/8ZFnJrG5v0
RT @Jacky_Isabello:Reprenant le concept publié par @SynopiaFr en #dec21 le Pdt @EmmanuelMacron a annoncé la création d’un Conseil Nati… https://t.co/qLvUUSONnD
Load More...
Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS