Journal des Futurs #52 – Le virus, les pompiers marseillais et la startup nation – Fable d’actualité

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Depuis le début de la crise sanitaire due au Covid 19, il y a quelque chose de désespérant à constater que la réponse aux problèmes successifs est toujours et systématiquement verticale. Top-down, comme on dit en langage managérial. C’est, en quelque sorte, le triomphe de l’approche jupitérienne.

 On a besoin de masques pour limiter la propagation de l’épidémie ? Des milliers de PME se déclarent aussitôt prêtes à reconvertir leurs ateliers pour en fabriquer. Que nenni, ces ateliers n’ont pas les normes adéquates. Nous en serons donc rendus (après avoir dit que les masques étaient inutiles) à implorer les Chinois de bien vouloir nous vendre, au prix fort, leurs masques en papier. On sait aujourd’hui que des masques en tissu, même artisanaux, auraient été infiniment plus efficaces que pas de masques du tout.  

On a besoin de gel hydro alcoolique ? Tout ce que la France compte de distilleries et de fabricants d’eau-de-vie propose de produire des gels maison. Refus, à nouveau, de ces produits qui, malgré leur caractère provincial et un brin « popote », auraient été bien utiles pour, transitoirement, combler la pénurie. 

On a besoin de tests pour suivre la propagation de la maladie ? Divers secouristes, des sapeurs-pompiers et des douaniers, commencent, dès le début de l’épidémie, à dresser leurs chiens à renifler les porteurs du virus. Aucune suite n’est donnée à cette innovation qui semble pourtant efficace (on parle de 90 % de taux de détection, chiffre comparable aux tests de laboratoire) qui aurait pu être un atout majeur dans la gestion de la pandémie. 

On a besoin de vaccins ? On apprend aujourd’hui qu’une entreprise franco-autrichienne, basée à Nantes, a développé, dès le printemps 2020, un candidat-vaccin. En l’absence de réponse des ministères français, la société a développé son vaccin avec les autorités britanniques et c’est une usine écossaise qui produira les doses. 

Pour autant, pendant sa campagne, le candidat Macron était porteur d’un autre message. Il proposait de transformer la France en start-up nation. C’était là une noble ambition, propre à fédérer les énergies et à rendre sa fierté et sa grandeur à notre cher vieux pays. 

Une start-up, c’est bien plus qu’une entreprise en forte croissance, placée sur les métiers des technologies numériques ou des biotechnologies. Une start-up, c’est surtout un état d’esprit tourné vers l’innovation, refusant les solutions connues et les pistes déjà labourées, cherchant au contraire à recueillir la moindre parcelle d’imagination et de créativité des collaborateurs. 

Ainsi, ce n’est pas la puissante IBM et ses milliers d’ingénieurs, qui a mis au point l’ordinateur personnel, mais deux jeunes marginaux chevelus au fond de leur garage de Los Altos. Ils s’appelaient Wozniak et Jobs et ils ont créé Apple. La légende est connue. Les success-stories de Gates, de Zuckerberg, et de Musk sont similaires. 

Miser sur la créativité et l’intelligence individuelle et collective des hommes, c’est la marque de fabrique et le secret du succès des start-up. Qu’elle serait donc belle, riche, puissante et prospère, une France qui utiliserait cette recette ! Oui, la France en startup nation, qui mobiliserait l’imagination et la débrouillardise des 70 millions de Français, ce serait un beau rêve, un beau projet et une belle ambition ! 

Pourtant, à chaque épisode de la crise sanitaire, c’est l’inverse qui a été fait. Ce florilège d’occasions manquées, qui ont en commun de refuser les solutions « de la base » et de leur préférer les solutions d’« en-haut », est triste, et peu glorieux. Il reste cependant une chance de se faire pardonner. Après tout, il y aura toujours de la place dans le cœur du Père, pour le pécheur qui vient à résipiscence !

Les marins-pompiers de Marseille (le BMPM) ont mis au point une méthode pour localiser et cartographier l’évolution de l’épidémie en analysant les eaux usées de la ville. Le principe est simple. Un réseau d’égouts, c’est comme un fleuve (le collecteur principal) qui recueillerait les eaux de nombreux affluents (les collecteurs secondaires), eux-mêmes constitués des apports d’îlots d’habitations, et ainsi de suite jusqu’aux logements des particuliers. Lorsqu’on repère une charge virale dans le collecteur principal, il n’y a qu’à remonter vers l’amont pour, progressivement, identifier les principaux foyers épidémiques. Cela peut se faire à moindres frais et à bref délai, puisque chaque analyse de prélèvement coûte 20 euros et prend 15 minutes. 

Si le principe est simple, il a bien entendu fallu le perfectionner, parcourir la « courbe d’expérience » pour acquérir le savoir-faire nécessaire. Une innovation, c’est en effet une bonne idée, plus l’acquisition d’une expérience de terrain, seule capable de transformer l’idée en procédé utilisable. Et le BMPM possède aujourd’hui ce savoir-faire. 

Le département de la Moselle et l’agglomération de Dunkerque ont décidé de faire appel au BMPM dans les dernières semaines, pour cartographier leurs réseaux d’égouts, et modéliser ainsi la géographie de la maladie, ainsi que son évolution. Pourquoi ne pas diffuser le savoir-faire et les méthodes développées à Marseille sur l’ensemble du territoire ? Les autorités, locales et nationales, disposeraient ainsi d’une représentation, en temps réel, de la situation de l’épidémie, et de la progression du virus. Ce serait plus efficace que des tests généralisés, qui donnent une photographie forcément en retard sur la situation, et pour un coût infiniment moindre. 

Accessoirement, ce serait renouer avec l’esprit start-up. 

Xavier d’Audregnies
Membre de Synopia

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Twitter

AlexMalafaye @AlexMalafaye
RT @IsaMillet:📻 Au programme du 18h/20h @Europe1 ce soir : 👑18h20 : Disparition prince Philip @DenisMacShane 🗣18h30 les grand… https://t.co/zvPoGtubUI
DIRECT DANS QUELQUES MINUTES ! Retrouvez SPOT!, la WebTV des Jeunes de Synopia en partenariat avec Widoobiz aujour… https://t.co/NC6BZkR4KK
RT @E_Cites:[SYNOPIA] 🔵 Focus sur l'Indice Synopia de la Performance Responsable des Entreprises ! @AlexMalafaye, président de… https://t.co/u9GlPTYdOR
RDV demain, mardi 30 mars de 13h00 à 13h30 pour une nouvelle émission de SPOT!, la WebTV de Synopia et @Widoobiz !… https://t.co/Rj4UkmYkMK
6500 ouvriers morts sur le chantier coupe du monde au Qatar 🇶🇦 ? Les grands pays des Droits de l’Homme comme la Fra… https://t.co/HJ4CsQh3CU
Load More...
Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS