Union européenne : et si l’espoir venait de la jeunesse ?

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Synopia vient de publier son premier baromètre sur la gouvernance *.

1. LA PREMIERE QUESTION porte sur la satisfaction des Français vis-à-vis de l’action des pouvoirs publics aux différents échelons de gouvernance : commune, département, région, France, Europe.

Le principal enseignement tient à la nette rupture qui s’opère entre le niveau local/régional et le niveau France/Europe.

Dans le détail, l’analyse du niveau de satisfaction des Français sur l’action des pouvoirs publics fait ainsi ressortir une « loi de proximité » avec un très net décrochage entre les échelons de gouvernance, selon qu’ils sont locaux ou non. Alors que plus des deux tiers se disent satisfaits de l’action des pouvoirs publics à l’échelle de leur commune (69%), moins d’un tiers des Français sont satisfaits de l’action menée au niveau de la France (28%) ou de l’Europe (26%). Une tendance qui pourrait conduire à limiter l’effet de « vote sanction » de la politique nationale aux prochaines municipales, les administrés ne semblant pas assimiler, d’après ces résultats, action à l’échelle municipale et action à l’échelle nationale.
Concernant l’échelon local, si le niveau de satisfaction est globalement plus élevé qu’au niveau national ou européen, on observe cependant qu’il diminue avec la dimension de l’échelon : moins il est local, plus la satisfaction diminue. Dans le détail, 65% des Français sont satisfaits de l’action menée dans leur département, et 61% en ce qui concerne leur région.

Concernant l’Europe, la seule note d’espoir vient de la jeunesse (18-24 ans) : 47 % des jeunes se déclarent satisfait de la gouvernance européenne contre 28 % des 25-35 ans et 21 % sur la tranche 35-64 ans. Une opinion négative quelque peu modérée par la tranche 65 et + avec 28 %.

2. LA SECONDE QUESTION concerne la notoriété des élus en fonction de leur mandat.

En résumé : 9 Français sur 10 connaissent le nom de leur maire, 5 sur 10 celui de leur député, 2 sur 10 celui de leur sénateur et 1 sur 10 celui de son Euro-député.

Analyse : Les élus locaux ou les élus nationaux élus au suffrage universel direct (cas des députés) sont ceux que les Français connaissent le mieux, en particulier par rapport aux députés européens. En d’autres termes, plus l’élu est proche géographiquement de sa zone d’élection, plus il est connu des Français. Ainsi, 86% d’entre eux déclarent connaître le nom de leur maire contre 46% qui connaissent celui de leur député, 42% qui peuvent citer le nom de leur conseiller général, et 28% celui de leur conseiller régional. Vient ensuite le sénateur (21%) qui, bien qu’élu localement, n’est pas élu au suffrage universel direct.
Enfin, c’est le nom de leur député européen que les Français sont les plus nombreux à ignorer (88%). Un triste score que les partis politiques feraient bien de méditer à quelques mois des élections européennes ! Certaines recettes passent de moins en moins bien et ça se voit…

* Sondage IFOP pour Synopia.

pdf-icon Sondage Synopia Gouvernance et sur le site de l’IFOP : cliquez ici

 

Sondage 1 PNG

 

Sondage 2

Sondage 3

Sondage 4

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS
Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS