Sondage Ifop pour Synopia : Les Français et la cohésion nationale

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Le 14 mars 2017, Synopia organise en partenariat avec l’Université de Paris Dauphine et la chaire management, diversité & cohésion sociale,un colloque ayant pour thème le projet républicain face aux enjeux de cohésion nationale 
et de justice sociale.

A cette occasion, Synopia rend public un sondage IFOP sur les Français et la cohésion nationale.

En synthèse du sondage, si 86 % des Français disent que leur lien d’appartenance à la nation française est fort, les quatre autres questions révèlent une réalité plus que contrastée et préoccupante. Quelques exemples :

  • 79 % des Français sondés se disent attachés à la langue française, mais ils ne sont que 32 % à se sentir rattachés à un destin commun, et 19 % aux dirigeants politiques. En revanche, 57 % le sont par leurs droits et leur passeports… devant les symboles (drapeau, hymne).
  • 82 % ressentent un écart important entre les valeurs de la République et ce qu’ils vivent au quotidien.
  • De leur point de vue, les militaires, les maires, les enseignants et les militants associatifs incarnent le mieux les valeurs de la République. Les représentants syndicaux et les dirigeants politiques ne sont qu’à… 5 % !
  • Enfin, ils ressentent de manière très importante les fractures qui traversent notre société : 62 % pour la fracture entre riches et pauvres, 61 % entre les citoyens et les élites, 50 % pour la fracture éducative ou encore 40 % pour la fracture identitaire ou religieuse. La fracture numérique n’arrive qu’à 23 % et celle entre les générations 22 %.

Une analyse plus fine montre de grands écarts selon les sensibilités politiques. Là, c’est aussi très clair !

Question 1 : Parmi les grands enjeux politiques et sociaux qui traversent notre pays, celui de sa cohésion nationale figure au premier rang. A titre personnel, diriez-vous que votre lien d’appartenance à la nation française est très fort, assez fort, assez faible ou très faible ?

Question 2 : De façon générale, ce qui forge le lien d’appartenance entre un citoyen et sa nation repose sur des symboles, des hommes, une histoire, des valeurs, une langue, des droits, etc. Pour chacune des propositions suivantes, diriez-vous qu’elles nourrissent votre sentiment d’appartenance à la nation française de façon très importante, assez importante, peu importante, pas importante du tout ?

Question 3 : Ressentez-vous un écart très important, assez important, assez faible ou très faible entre les valeurs et les principes affichés par la République (liberté, égalité, fraternité, justice, laïcité) et ce que vous vivez au quotidien ?

Question 4 : Qui, de votre point de vue, incarne le mieux les valeurs de la République (liberté, égalité, fraternité, justice, laïcité) ? (Deux réponses possibles)

Question 5 : En 1995, Jacques Chirac, alors candidat à la Présidence la République avait parlé d’une « fracture sociale ». Depuis, notre société paraît traversée par de nombreuses fractures (économiques, sociales, éducatives, identitaires, générationnelle, etc.). A titre personnel, diriez-vous que vous ressentez ces différentes fractures de façon très importante, assez importante, peu importante, pas importante du tout ?

Pour télécharger le sondage dans son intégralité, cliquez ici

Pour lire le sondage en ligne, sur le site de l’Ifop, cliquez ici

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Twitter

AlexMalafaye @AlexMalafaye
Alexandre Malafaye  @AlexMalafaye
RT @Julie_Hammett:Macron: le début des privatisations tout de suite @LCI avec @AlexMalafaye @Faysophine @deboissieu #C.deBoissieu 
Alexandre Malafaye  @AlexMalafaye
Il était plus que temps !!! Si une telle initiative avait été prise il y a 5 ans, combien de vies sauvées ? https://t.co/wG9BDQyeOr 
Alexandre Malafaye  @AlexMalafaye
A 9h je serai sur @LCI dans l'émission #LaMediasphère animée par @cmoulinlci
Alexandre Malafaye  @AlexMalafaye
François de Closets: «Ecriture inclusive: le triste français du “point milieu”» via @Lopinion_fr https://t.co/fZK6GVJF4l 
Alexandre Malafaye  @AlexMalafaye
Mettons un "point" final au délire de l'écriture inclusive ! Avec l'orthographe, point trop n'en faut... https://t.co/fZK6GVJF4l 

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS