Défense et sécurité

Nous devons sans plus attendre songer à défendre la France, l’Europe et ses 500 millions d’habitants de toutes les menaces et les périls qui les guettent. Dans un monde où tant de civilisations ont disparu et dans lequel il n’y a jamais de statuquo, mais des gagnants ou des perdants en devenir – sachant que les perdants d’hier ne feront de cadeau à personne – il vaudrait mieux disposer des moyens de nous défendre. Nous n’en prenons pas le chemin : la France et l’Europe désarment quand le reste du monde s’équipe. En 2013, tous pays confondus, les dépenses militaires ont encore augmenté. Ce n’est pas anodin et l’histoire a maintes et maintes fois démontré que les armes n’ont pas été fabriquées pour rester dans des hangars ou des caisses. Ici, l’angélisme est suicidaire.

La Russie, troisième nation militaire, est en passe d’investir 500 milliards d’euros pour moderniser ses armées et une quarantaine de milliards par an pour le développement de son programme spatial. De son côté, l’Algérie est parvenue au niveau d’Israël pour les dépenses militaires, avec un budget en augmentation de 14 % en 2013. En moyenne, les pays de l’Union européenne ont accordé 1,8 % de leur PIB pour leur défense en 2010 quand les USA et la Russie y allouent près de 4,5 %. La Chine n’y consacre que 2 %, selon les données disponibles, mais il faut se méfier des apparences car elle dépense déjà trois fois plus que la France et son budget progresse de 10 à 20 milliards par an.

En clair, la compétition internationale n’a pas fini de stimuler des tensions ni de générer des crises. C’est la réalité et nous devons l’affronter.

Par ailleurs, l’année 2015 a été marquée par l’irruption de nouvelles formes d’action, de nature guerrière, qui ont frappé et endeuillé la France. Pour y faire face

Enfin, dans un autre registre tout aussi sensible, les questions Cyber et Sécurité économique doivent mobiliser toutes les énergies de notre pays tant les défis et les risques sont grands. Mais ces sujets constituent également de formidables opportunités pour la France, à condition qu’elle s’en donne les moyens.

LES GROUPES DE TRAVAIL

Plusieurs groupes sont constitués ; ils assurent également une veille active sur ces sujets :

  • Cyber et Sécurité économique
  • Sûreté des intérêts français à l’étranger.
  • La Défense de demain.
  • Groupe de veille sur l’Iran.
  • Comment rééquilibrer les relations Iran / Arabie saoudite ?
  • Dialogue Ukraine / Russie.
  • Afrique, sécurité et développement (notamment zone Sahel).

LES CONFÉRENCES-DÉBAT et RENCONTRES SYNOPIA

En lien avec ses travaux, et avec l’objectif de les éclairer, SYNOPIA reçoit des personnalités dans le cadre de réunions « Off  » (règle de Chatham house) :

  • Renaud GIRARD, journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
  • Florent PARMENTIER (Science Po) et Philippe PELE-CLAMOUR (HEC).
  • BEN MBAREK, présidente du mouvement ‘’La Constitution’’ (Tunisie).
  • ALI AHANI, ambassadeur d’Iran en France.
  • Jiann-Yuh WANG, président de la Fondation Victor Segalen.
  • Elchin AMIRBAYOV, ambassadeur d’Azerbaïdjan en France.
  • Justin VAÏSSE, directeur du CAPS, Ministère des affaires étrangères.
  • Amiral Loïc FINAZ
  • Général Stéphane ABRIAL, ancien CEMAA et N°2 OTAN.
  • Vincent DESPORTES, Général Jérôme MILLET et Pierre CONESA.
  • Général Guy PARAYRE, ancien DGGN.
  • Général Hervé CHARPENTIER, Gouverneur militaire de Paris.
  • Général de SAINT CHAMAS, commandant de la Légion étrangère.
  • Didier LE BRET, coordinateur national du renseignement.
Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS