Rapport Synopia sur l’influence française : nos recommandations

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS

La capacité de la France à peser sur les affaires du monde, son influence en somme, est un thème récurrent des débats nationaux, un topos incontournable de la vie politique et intellectuelle française. La ligne de front est nette : aux déclinistes, dont la nostalgie fait fond avec un passé en partie imaginé, s’opposent ceux qui, peut-être en réaction aux premiers, refusent de voir les menaces de décrochage que les bouleversements charriés par la mondialisation font planer sur notre pays ; ils cèdent, ce faisant, à une tentation panglossienne tout aussi aveuglante.

L’équipe pluridisciplinaire réunie par Synopia a pu auditionner divers acteurs clés de l’influence issus de secteurs tels que la recherche, le monde de la mer, l’industrie, les think tanks, la diplomatie, l’intelligence économique, le droit ou encore la haute fonction publique. La matière collectée au cours de ces entretiens a permis de dresser le constat de l’effacement progressif de la France sur la scène internationale. Certes, la France demeure une puissance avec laquelle il faut compter ; oui, la France est en possession des instruments classiques de la puissance : elle dispose du feu nucléaire, détient un siège de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, et reste la 6ème puissance économique mondiale (la 9ème selon le FMI qui calcule en PPA). Mais ces atouts ne sauraient masquer l’affaiblissement manifeste de l’influence de la France dans nombre de domaines et la difficulté croissante à la hisser à son niveau optimal au regard de son potentiel.

Nos recommandations :

  1. Favoriser les échanges entre les entreprises, les administrations et la sphère des idées
  2. Créer un Commissariat en charge de l’influence française
  3. Replacer les universités au cœur de notre stratégie d’influence académique
  4. Repenser notre culture et notre politique des ressources humaines dans la fonction publique
  5. Promouvoir le droit et les normes françaises
  6. Attirer les talents (« talentspotting ») et les garder
  7. Créer un ministère de la Mer et de l’Outre-Mer
  8. Valoriser notre patrimoine culturel et soutenir l’industrie culturelle

Qu’elles concernent le monde universitaire ou la fonction publique, les think tanks ou notre réseau diplomatique et consulaire, ces recommandations tendent vers un horizon : développer la culture du lobbying et de l’influence en France dans les trois cercles porteurs et vecteurs de l’influence :

• l’État,
• l’entreprise,
• le monde académique.

Au-delà de cet ensemble de propositions, pour certaines peu coûteuses donc facilement réalisables, l’enjeu est bien d’impulser une révolution culturelle en France.

Vous pouvez lire et télécharger le rapport gratuitement EN CLIQUANT ICI pdf-icon

Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS
Facebook
YouTube
LinkedIn
Contact
RSS